articles

Hors du moule

Je ne suis pas celle qu’on aurait voulu que je sois (et maintenant je m’en fous)

image noir et blanc femme en basket

Je ne suis pas celle qu’on aurait voulu que je sois. Je ne suis pas celle qui accepte et qui se soumet. On a pourtant essayé de me mater, tout au long de ma vie. On m’a tout enlevé – ou rien donné, c’est selon.

Jusqu’au prénom que je porte, qui n’est pas celui qui apparaît sur les documents officiels. Parce que mes parents ont courbé l’échine devant un obscur employé de mairie qui a dit non à celui qu’on m’avait donné. A 3 jours de vie déjà, mon identité importait peu.

petite fille de dos regardant un jardin. Noir et blanc

Je n’ai pas eu de sécurité. Pas de logement décent où grandir. Pas de nourriture adaptée à mes besoins. Pas de code moral. Pas de codes sociaux non plus. Pas de bienveillance, pas de protection. 

Comment se construit-on dans ces conditions ? Dans le doute et l’inquiétude constants. On apprend à se forger des armes, un solide bouclier, mais pas à être indestructible, ça n’existe pas.

J’ai toujours pris ma différence de plein fouet, le rejet, les brimades, les violences, le harcèlement, le viol, la violence psychologique, la séquestration, la faim, les difficultés économiques, les hospitalisations, les TS, la culpabilité, tout ce qui passe, comme de mauvais virus, comme un gamin qui entre en maternelle et qui n’a pas construit son immunité.

Pourtant je suis là, je ne sais pas comment ni pourquoi, mais je suis en vie, abîmée, fatiguée mais toujours combative. Jamais décidée à lâcher l’affaire, je cherche toujours ma voie. J’ai encore envie de croire, d’avancer. Je n’ai pas baissé les bras. 

A quoi ça sert de se battre ? Je n’en sais rien, mais j’aurais vécu debout. Il paraît que ce qui compte c’est le chemin.

On était bien trop jeunes pour avoir un enfant. On ne voulait pas de toi. Tu es là, on fait avec. Mais tu dois obéir et te taire. C’est déjà bien suffisant de devoir t’assumer, ne complique pas la tâche.

Tu ne dois pas être malade ou pleurer, c’est mal. Tu ne dois pas être faible.

Arrête de faire la gueule. Arrête de te taire. Arrête d’être toi. Souris et trime, ne te crois pas malheureuse. Tu n’as aucun problème. Tu n’as rien d’exceptionnel. Tu es exactement comme tous les enfants de ton âge.

Tu te crois différente ? Tu es juste folle, ma pauvre fille.

Et souris, bordel, souris !

A l’école, je n’étais pas non plus de celles qu’on apprécie. 

« Elle est très intelligente, elle travaille bien, mais… » Cet éternel petit « mais » qui fait que ça coince, le grain de sable qui te pourrit le rouage. 

Elle ne s’entend pas bien avec sa classe. Elle reste seule à la récré. Elle regarde bizarrement. Elle est présomptueuse. Travaille-t-elle vraiment, déjà ? Elle pourrait mieux faire, si elle écoutait. Elle conteste trop l’autorité. Elle ne parle pas, ou elle parle trop. Elle a griffé sa camarade, regardez, ça laissera une cicatrice. Elle ne veut pas s’inclure. Elle croit tout savoir. Elle est menteuse. Elle dort pendant le cours. Elle traîne avec les cancres. Elle pourrait aller loin, mais elle n’y ira pas. Elle n’entre pas dans le moule. Elle n’est pas comme les autres. 

noir et blanc petite fille triste acccroupie seule sur le sol

Elle n’est pas comme les autres. On l’a mise dans le fond de la classe. On l’a mise au premier rang. On l’a séparée des autres. On l’a forcée à s’asseoir avec les autres. On a arrêté de la noter. On a essayé de lui parler. On l’a humiliée en public. On a arrêté de lui parler. On l’a virée du cours. On l’a convoquée. On vous a convoquée, Madame. Rien n’y fait, rien n’y fera.

Elle a fugué ? On dira qu’elle a eu la grippe. Tous ces médicaments qu’elle a avalés ? Sans doute une erreur. Les pompiers sont venus rapidement, c’est le principal.

Et puis il y a le travail. Les petits chefs frustrés qui te mettent à l’amende. Les grands chefs qui ne supportent pas que tu pointes des incohérences. Qui te malmènent pour te faire plier, au détriment de toute déontologie. Qui ne « comprennent pas » que tu interprètes les six convocations de la veille comme du harcèlement. Les collègues qui t’agressent verbalement quand tu es seule. Ceux  qui trouvent normal de te caresser la hanche en te disant que l’essentiel dans la vie c’est le plaisir. Les dizaines de CDD, les burn out, les inaptitudes au poste. La surcharge de travail, les noyades dans les injonctions contradictoires, et toujours, toujours, la place de celle qui n’est pas à sa place. Ad vitam aeternam. 

femme qui se noie

Alors oui, je suis celle dont personne ne voulait, celle qui est arrivée trop tôt, qui était trop bizarre pour qu’on l’aime. Celle qui a mis le doigt sur ce qui devait rester caché, qui n’a pas su se taire, mais qui n’a pas su non plus faire son trou.

Je suis celle qui a dit merde à tout ça et qui a tracé sa route contre vents et marées. Je vais continuer.

La différence n’autorise pas la maltraitance.

Tous·tes les bizarres, les taré·es, les foldingues, tous·tes celleux qu’on ne comprend pas, qui sont laissé·es sur le côté, regardé·es de travers, jugé·es inaptes ou trop ceci et pas assez cela, tous·tes celleux qu’on tente d’exploiter, à qui on a démontré que non, ce n’est pas comme cela qu’on arrive quelque part, ne sont pas celleux que vous croyez. 

Certain·es ont simplement besoin d’être entendu·es. Qu’on se penche sur leur vie, pour mieux la comprendre. Tous·tes ne sont pas, comme moi, autistes longtemps ignoré·es, ou autrement neuroatypiques. 

Mais le moule ne convient pas à tout le monde. Il est trop étriqué, trop rigide. Il ne supporte pas d’être contrarié. Le moule est délétère. 

Hors du moule, nous avons autant à offrir que n’importe quel être humain. Ouvrez le moule. Nous ne sommes pas celles et ceux que vous croyez. 

  • Cet article avait été initialement publié sur le site du GRAAF le 31 mai 2020. Merci à elles.

Soutenez mon travail, payez-moi un café 😉

Retourner à l’accueil

1 réflexion au sujet de “Hors du moule”

  1. Très beau texte, merci à vous et tenez bon ! Comme dis Lhassa « Tu as voyagé si loin – Tu dois juste continuer – Ne te retourne même pas pour regarder – Le chemin accomplit – Malgré ton corps qui plie – Sous la charge – Il n’y a nulle part où s’arrêter – Nulle part sur cette route » (Anywhere on this road)

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.